Comptes-rendus du Conseil Local du 10 janvier et du CA du 17 janvier

Publié le par FCPE lycee J.Monnet

Nous avons tenu notre première réunion du conseil local jeudi 10 janvier. Voici le compte rendu de cette réunion où la galette était au rendez-vous. Nos élus ont siégé à la Commission permanente et au Conseil d'Administration avec à l'ordre du jour la DGH. Pour en savoir plus, lisez le compte rendu de ces commissions joint à celui du conseil local.

CONSEIL LOCAL DU 10 JANVIER 2008

 

Nous étions 18 à avoir répondu à la convocation pour le premier conseil local de l’année. Parmi nous 3 « anciens », Oscar, Geneviève et Dominique (Rosine nous avait écrit qu’elle serait en voyage ce jour-là), qui nous ont fait le plaisir de répondre à l’invitation à partager la galette. Merci à Nadine d’avoir assuré la logistique qui a permis de finir la réunion sur ce pot de l’amitié et du nouvel an, dans la détente et la bonne humeur.

 

Points abordés :

 

. les cours d’arabe : il y a un problème d’absences du professeur qui a en charge cet enseignement. Nous respectons bien sûr le droit à l’absence de ce prof mais nous ne pouvons pas laisser que le droit à la continuité de l’enseignement ne soit pas reconnu aux élèves. Le problème posé est évidemment celui du délabrement du système de remplacements. A l’heure actuelle, et d’après la proviseure, un prof absent n’est pas remplacé avant 3 semaines (il y a trois ans le délai était de deux mois). C’est le résultat de cette politique étroitement comptable qui oriente l’action du Ministère : il n’y a plus de volant de professeurs remplaçants rapidement opérationnels (les TZR) ; ils ont, sauf exception dans certaines disciplines, été affectés pour l’année sur postes fixes pour pallier l’insuffisance des profs recrutés. Et comme le nombre de postes mis aux concours de recrutement continue à baisser, cela ne va pas s’arranger.

 

Pour revenir à l’arabe au lycée, il semblerait qu’une prof de Tesse pourrait venir assurer des heures que le prof de Monnet ne peut pas/ne veut pas faire, mais il reste le problème des absences (sur ses heures) de ce prof. Une mère d’élève concernée, Frédérique, nous a alertés et nous tient au courant. Sur la base de ses informations nous avons interpellé la proviseure et la proviseure adjointe à la Commission permanente de lundi et au CA de ce jeudi. Selon elles tout devait rentrer dans l’ordre cette semaine mais le contact avec la prof de Tesse n’a pas pu se faire et vendredi les cours n’étaient toujours pas assurés.

 

Je suggère ceci : les parents qui, comme Frédérique, constatent les absences doivent nous les signaler systématiquement et faire l’effort d’appeler tout aussi systématiquement la proviseure ou la proviseure-adjointe pour les en informer (ces absences ne sont en effet pas enregistrées en Vie scolaire !). Si, à la fin de la semaine prochaine, rien n’a été réglé, il faudra demander à être reçus, un ou deux élus au CA et un ou deux parents concernés, par la direction et annoncer que nous allons écrire au recteur, voire demander à être reçus par lui.

 

. le mouvement lycéen : un tour d’horizon a eu lieu qui a confirmé l’accord général avec le positionnement que nous avons adopté pendant ces jours d’action lycéenne. Il a été rappelé qu’une demande d’entrevue avec le recteur a été déposée, avant les vacances de Noël, par la secrétaire départementale de la FCPE. La délégation composée de celle-ci et des représentants des lycées Champollion, Joffre et Monnet devait proposer au recteur des mesures permettant d’éviter des interventions policières injustifiées. Le recteur a refusé de recevoir cette délégation en la renvoyant vers l’inspecteur d’académie. La suite : accepter de rencontrer l’IA pour lui dire ce que nous aurions dit au recteur ou rédiger une lettre ouverte à celui-ci. La discussion est en cours.

 

. le blog (http://fcpemonnet.over-blog.com/): une discussion s’est engagée sur cet outil que Nadine a mis en place pendant la grève des lycéens. Nous invitons nos adhérents à le consulter régulièrement et à y « poser » toutes les infos ou les analyses, même brèves, qui peuvent nous aider à réagir dans les meilleures conditions sur tel ou tel point. Un débat peut aussi avoir lieu si le besoin s’en fait sentir.

 

. Action Respect Filles-Garçons : Cathy a fait un récapitulatif de notre intervention dans le cadre du CESC qui a abouti à l’élaboration d’un plan d’action avec les profs, la direction, les infirmières, etc. et devant bien sûr toucher les élèves. Nous aurons la synthèse de tout ce travail et des échéances (journées d’action) dans le texte que Cathy nous a promis pour le blog. Pour mémoire : la prochaine réunion du CESC aura lieu le jeudi 31 janvier entre midi et 14 h.

 

. cantine : la commission de « délégation de service public » où nous siégeons a procédé à l’ouverture des plis de l’appel d’offre. Un tableau comparatif des offres a été établi. Quatre entreprises sont en lice pour décrocher le service de cantine. Un CA en février se penchera sur tout ce travail de la commission, étudiera ses conclusions et ses préconisations et décidera par un vote l’attribution  dudit service. La cantine devrait revenir à un fonctionnement normal après les congés de février.

 

Nous sommes revenus sur notre volonté, exprimée en début d’année, d’engager la réflexion sur un service public de restauration. Notre investissement dans le suivi de l’action des lycéens en décembre a paralysé cette démarche. Les délégués de la commission restauration vont, pour recueillir l’information sur ce qui se fait en mode service public, prendre les contacts nécessaires (avec la FCPE 34, les lycées où la cantine échappe au privé et, in fine, avec la Région qui est l’instance décisionnaire et de financement en la matière). La délégation de service public qui va être donnée à une entreprise privée courra sur 3 ans : cela nous donne du temps pour avancer dans notre réflexion, mais, au vu des contacts à assurer et des débats que nous devons avoir entre nous, il n’y a pas de temps à perdre.

 

CONSEIL D’ADMINISTRATION  DU 17 JANVIER 2008

 

. Commission permanente du 14 janvier et CA du 17 janvier : je profite de ce compte rendu de la réunion du conseil local pour parler de la Commission permanente et du CA qui ont abordé la DGH, autrement dit la Dotation Horaire Globale. Il s’agit du volume horaire d’enseignements accordé chaque année par le rectorat au lycée pour la rentrée prochaine. C’est un moment très important puisqu’il conditionne la mise en place des horaires profs et ceux des élèves. Suivant la ventilation qui est induite par ce volume global il peut y avoir des regroupements d’élèves, des fermetures de sections et des mesures dites de carte scolaire qui suppriment des postes et obligent des profs à partir dans un autre établissement (parfois à se retrouver à enseigner sur 2 ou 3 établissements).

 

Je n’entrerai pas dans le détail fastidieux des affectations d’heures que nous avons étudiées discipline par discipline. Pour l’essentiel :

 

- 1859 heures postes (elles prendront la forme des services hebdomadaires des profs : 15 heures pour un agrégé, 18 h pour un certifié…) sont accordées au lycée pour la rentrée 2008. Cette dotation se fait sur la base d’une prévision assez fiable des effectifs d’élèves (il y aura une légère baisse de ce nombre d’élèves). A la rentrée 2007 la dotation était de 1918 heures. Il y a donc diminution de 59 heures.

 

- 246 heures supplémentaires année (HSA) accordées suivant les besoins pour « arrondir » par exemple les services des profs en fonction des besoins des groupes classes. Prenons l’exemple d’un agrégé qui, sur les 15 h qu’il doit, arrive à 13 h avec ses classes ; il doit prendre, pour compléter son service, une autre classe dont l’horaire dans sa discipline est de 4 h : ces 4 h lui sont données, ce qui amène son service à 17 h, soit 2 h de plus que ce qu’il doit statutairement. Ces 2 h lui seront payées en HSA. Je ne parle pas des majorations ou minorations qui se produisent automatiquement dans certains cas.

 

246 HSA sont donc accordées pour la rentrée 2008, soit + 44 h (202 pour la rentrée 2007). Les profs contestent cette tendance à déplacer les heures qui leur sont données des heures postes vers des heures supplémentaires. Au-delà de la flexibilité nécessaire à la marge pour « arrondir » des services de profs (cf plus haut), ces heures servent de plus en plus à casser les référents statutaires des services des profs et ont vocation à terme à contribuer à flexibiliser au cœur, et non plus à la marge, ces services. Pour donner un exemple concret : au lieu d’avoir un service d’un prof certifié (18 h) sur une discipline donnée, on pourra avoir un prof avec 5 HSA + 3 profs avec 3 HSA + un autre prof avec 4 HSA. On aura économisé ainsi un service à 18 h et comme les HSA sont justement des heures années (scolaires), elles ne sont pas payées pendant les vacances d’été… D’où des économies du côté du ministère. Cela peut sembler ne pas nous concerner en tant que parents, mais en bout de course tout cela influe sur la qualité de l’enseignement dispensé à nos enfants.

 

- la direction de l’établissement, dans le cadre de la dotation qui lui a été affectée, a reconduit les schémas d’enseignements antérieurs et a négocié, en CP et en CA, avec les profs (sur ces discussions nous étions spectateurs !) des aménagements ou réaménagements. Par exemple il a été décidé d’introduire l’option SES (éco) dans les secondes euros. Cela permettra à ces élèves de continuer en 1ère en SES tout en restant en euro. Cela coûtera 4 h de la DGH. Par ailleurs le reliquat d’heures, c’est-à-dire les heures non affectées, de la DGH seront attribuées aux projets d’aide aux élèves en difficulté.

 

Tout cela montre que, malgré la diminution du volume global d’heures, il reste des heures sans affectation que l’on peut ventiler suivant des priorités définies en CA. Les profs restent cependant sceptiques quant au fait qu’une diminution de 59 h postes ne se traduirait que par une seule suppression de poste. L’augmentation des HSA ne suffit pas à expliquer ce si faible impact négatif annoncé. Il y a, même pour les élus des profs, qui disposent pourtant des listes de leurs collègues par matières et une connaissance du terrain, des incertitudes sur les effets qu’aura sur leur emploi la DGH.

 

Une fois l’étude de ces affectations d’heures faites, nous avons procédé au vote : les profs ont déposé une motion qui reconnaissait la probité du travail fait par la direction mais refusait la diminution de la DGH au regard des besoins non couverts. Nous avons, pour notre part, rappelé qu’une DGH qui laisse, pour ne prendre que cet exemple, les effectifs de secondes à 33 élèves en moyenne ne pouvait pas être approuvée. Nous avons donc voté la motion des profs et rejeté avec eux la DGH. Ce vote a été majoritaire mais n’est qu’indicatif et n’aura donc aucune incidence sur une DGH qui est à la discrétion du recteur. Il y aura prochainement cependant une rencontre de la proviseure avec celui-ci où des heures pourront peut-être être récupérées ! Mais ici aussi on travaille à la marge et les tendances lourdes qui dégradent les études de nos enfants seront toujours à l’œuvre à la rentrée prochaine.

 

Note  : des ratés de la messagerie du lycée expliquent que certains parmi les élus n’aient pas reçu de convocation. Un test a été fait ce vendredi : envoi d’un message « à blanc ». Ceux qui ne répondront pas, seront repérés comme ne l’ayant pas reçu et une solution devra être trouvée par le lycée dans ces cas-là.

 

                                                      Antoine

 

Publié dans Réunions mensuelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article